Conduites à risques chez les adolescents via le « Purple Drank »

Le « Purple Drank » est une boisson composée d’un sirop contre la toux à base de codéine et d’un antihistaminique (prométhazine) mélangé avec un soda, traditionnellement du Sprite®. D’autres appellations sont également utilisées : Syrup, Sizzurp, Lean, etc.

 

La consommation de Purple Drank induit un état de « défonce » lié aux propriétés sédatives des médicaments utilisés. L’abus de codéine induit une euphorie et une somnolence. La prométhazine diminue l’intensité du prurit (démangeaison de la peau) induit par la codéine et renforce les effets sédatifs de la codéine.

 

Le réseau des Centres d'Evaluation et d'Information sur la Pharmacodépendance (CEIP) rapporte depuis le début de l’année 2014 quelques cas d’intoxication au Purple Drank, chez les adolescents, ayant nécessité une hospitalisation. Parmi les événements indésirables déclarés, on observe une baisse de la vigilance, une forte somnolence, une confusion, des troubles de l’élocution et des crises convulsives.

 

La codéine expose aux risques de dépendance, même pour des doses quotidiennes faibles. Elle peut également induire des intoxications aiguës dont les principaux symptômes sont : la dépression aiguë des entres respiratoires, somnolence, ataxie (perte de coordination des mouvements volontaires), rash (éruptions cutanées) et vomissements.
La prométhazine induit un certain nombre d’effets indésirables, tels que : somnolence, hypotension orthostatique (baisse de la tension artérielle lors du passage de la position couchée à la position debout), trouble de l'équilibre, vertiges, confusion mentale, hallucinations et crises convulsives par abaissement du seuil épileptogène. Son potentiel addictogène est moins bien documenté.

 

Le Purple Drank peut être combiné par certains consommateurs à de l'alcool, du cannabis ou à d'autres drogues, ce qui a comme objectif de potentialiser les effets psychotropes mais aussi les risques d’intoxication aiguë.